La Tour Sombre.fr
Premier site français dédié à la saga "La Tour Sombre" de Stephen King

[Exclusif] Interview de Marie de Prémonville, traductrice de La Tour Sombre

[Exclusif] Interview de Marie de Prémonville, traductrice de La Tour Sombre

Vous connaissez Marie de Prémonville ? Mais si ! C'est grâce à elle que vous pouvez vivre les aventures de Roland et son ka-tet en français ! Marie de Prémonville a traduit Le Pistolero, Les Loups de la Calla, le Chant de Susannah et La Tour Sombre et elle est également une immense fan de l'œuvre, au même titre que vous et moi. Elle a eu la gentillesse de se prêter à un long entretien avec nous ou elle nous parle de son attachement à La Tour Sombre, de ses nombreux échanges avec Stephen King, des difficultés qu'elle a rencontré et nous livre en exclusivité son regard de fan concernant l'adaptation au cinéma. Bonne lecture et n'hésitez pas à lui poser vos questions en commentaire, elles lui seront transmises !

Bonjour Marie de Prémonville. Pouvez-vous nous en dire plus sur vous et votre travail ?

Bonjour, et merci pour votre proposition d’interview ! Je suis traductrice littéraire indépendante (ce qui veut dire que je travaille pour les maisons d’édition, avec un contrat par livre) depuis 20 ans maintenant, et j’ai traduit une soixantaine d’ouvrages à ce jour. J'ai toujours été fascinée par le langage, et il est vite devenu évident pour moi que je ferais des études littéraires (et puis… les maths étaient loin d’être mon fort, donc la question ne s’est pas posée longtemps !). Après une première expérience réussie la grande aventure a commencé et des liens de confiance avec des éditeurs se sont créés.

J’aime énormément ce métier, d’abord parce que j’apprécie de travailler en solitaire, sans perdre le contact avec le monde de l’édition (j’ai de très bonnes relations avec les éditeurs avec lesquels je travaille régulièrement, particulièrement les éditions Anne Carrière, qui ont aussi publié mon propre roman en 2009, et aussi avec mes interlocuteurs chez J’ai Lu). C’est une très grande chance de pouvoir faire le métier qu’on aime, et je savoure le plaisir et la liberté que j’éprouve au quotidien. Le statut est parfois difficile (aucun revenu quand on ne travaille pas…), mais pour moi les aléas sont largement compensés par la passion que j’ai pour ce métier. Transmettre un texte à des lecteurs qui n’y auraient pas eu accès, c’est une responsabilité, et c’est exaltant.

Comment avez-vous été contactée pour (re)traduire La Tour Sombre ?

Je travaillais déjà pour J’ai Lu depuis quelques années. En 2003, j’ai traduit une pépite, Noir, de KW Jeter. Au moment de la publication, le directeur de collection a changé, et son remplaçant a fait le tour des traducteurs planchant sur des travaux en cours. Il a apprécié mon travail sur Noir, et nous sommes restés en contact. Quelques mois plus tard, il m’a rappelée pour me soumettre un projet de grande envergure, avec des délais serrés, pratiquement trois ans d'immersion totale, et un très gros enjeu éditorial... Je suis repartie avec le manuscrit du nouveau Pistolero sans savoir de quoi il s'agissait. Il planait autour du projet une atmosphère de mystère et de fébrilité. Je l’ai lu en un week-end, et ai alors compris que je signais pour la totalité du projet : retraduction du tome 1 enrichi par l'auteur, harmonisation éclair des tomes 2, 3 et 4 pour une republication, puis traduction des tomes 5, 6 et 7 et des deux Concordances, qui nous parvenaient au compte-gouttes, avec modifications de dernière minute et autres péripéties dues à l'ampleur de l'oeuvre et à la notoriété de l'auteur. Une aventure à la fois passionnante et intimidante… et une occasion unique pour un traducteur !

C'est un travail colossal ! Avez-vous rencontré des difficultés particulières ?

le pistolero the gunslinger
les loups de la calla wolves of the calla
chant de susannah song of susannah
la tour sombre dark tower

En effet, c’était une entreprise un peu folle ! Deux ans et demi en immersion totale, en se calquant sur le rythme d'écriture de Stephen King, qui dictait la réception des manuscrits successifs, les rectifications de dernière minute, les télescopages (en pleine traduction du 6, je recevais la première mouture du 7 qui changeait totalement l'éclairage sur une situation décrite dans le 6...). Je suis entrée en Tour Sombre presque comme on entre en religion ! C’était très particulier. Heureusement, il y a eu beaucoup de solidarité et de cohérence au sein de l'équipe travaillant sur le projet. 
Outre la traduction, la réécriture et l'harmonisation des volumes déjà parus, j'ai participé à la rédaction des quatrièmes de couverture (exercice qui n’était pas mon point fort à l’époque) et j'ai fait ce qu'on appelle des « fiches d'illustration », qui récapitulaient le déroulement de l'intrigue et dressaient la liste des éléments visuels importants susceptibles d'inspirer l'illustrateur. C'était donc un projet très varié.

Pour ce qui est des difficultés de traduction à proprement parler, elles étaient multiples. Il y a d'abord eu les problèmes classiques de choix à faire. Traduire ou non un nom propre contenant un jeu de mots en anglais (au risque d’affubler le pauvre personnage du jeu de mots en question pendant les cinq cents pages du roman), privilégier la langue « source » (l'anglais), ou la langue « cible » (le français)... Il fallait, comme dans tout travail d'interprétation, trouver un juste milieu entre la spécificité des deux langues, en essayant de perdre le moins possible des subtilités de langage, et choisir selon les cas de laisser un nom tel quel ou de l'adapter pour rendre une sonorité ou un jeu de mots. Le but premier est de savoir aller vers le lecteur, de lui rendre intelligible et cohérent l'univers qu'on lui propose. Il y a toujours la solution des notes de bas de pages... mais c’est prendre le risque de casser le rythme de lecture et de rater un effet.

La clef était le juste milieu, et comme toujours en traduction, il n’y avait pas de recette. Selon le contexte, on traduit, on « francise », ou bien on adapte complètement. Il faut composer avec tous les paramètres, et c'est là que la note du traducteur a parfois son utilité.
Avec La Tour Sombre, il y avait aussi le problème des références culturelles très spécifiques (un obscur comique américain des années 50, ou une chanson jamais sortie en France...), qu'il fallait parfois laisser telles quelles car un équivalent manquerait sa cible, et parfois adapter, si par extraordinaire un équivalent acceptable pouvait être trouvé.

Dans le cas d'un roman isolé, le problème est plus circonscrit, et les dilemmes moins nombreux. Dans le cas d’une série, il faut garder à l’esprit qu'on « prépare » les volumes suivants (qui parfois ne sont même pas encore écrits !), et donc qu’une maladresse éventuelle se répercutera sur toute la suite. Il y a une sorte de « responsabilité » par rapport aux volumes ultérieurs, d'où l'importance du choix des noms et surnoms, du tutoiement ou du vouvoiement entre les personnages... Quant au problème épineux des jeux de mots,leur traduction est souvent le fruit d’un travail de réflexion « en temps masqué » (parfois la solution vient au bout de plusieurs semaines, et surgit de manière impromptue), mais aussi de pas mal de chance. Et là encore, il s’agit de ne pas rater son effet ! Et puis, concernant La Tour Sombre, il y a tant d’allusions aux autres romans de l’œuvre de Stephen King qu’il fallait sans arrêt m’y replonger (en VF, car pas question de rebaptiser des personnages que les lecteurs avaient déjà rencontrés, puisque le principe même de King étaient qu’on les reconnaisse !) J’avais des post-it de toutes les couleurs collés au-dessus de mon bureau pour m’y retrouver, ça tournait à la monomanie !

Avez-vous développé un attachement pour cette œuvre et ses personnages ? 

Lorsqu’on s’embarque dans la traduction d’un roman, a fortiori d’un monument de 5000 pages comme La Tour Sombre, cela signifie qu’on passe l’essentiel de ses journées dans la tête d’un autre ! Et pas seulement ses journées. J’ai passé quelques mois à rêver de La Tour Sombre, de certains personnages ou situations, sans doute parce que je continuais à m’interroger « en off » sur les casse-tête que me posait l’œuvre, mais aussi parce qu’une familiarité très particulière s’était nouée avec ces personnages. Stephen King a un sens extrêmement aigu du détail et de la cohérence dans la narration, aussi les péripéties de Roland et de ses acolytes me paraissaient-elles parfois étrangement réelles. Il mêle avec tant de maestria le réel et l’imaginaire (la fabrique » du réel se déchire souvent et les mondes s’interpénètrent) qu’on ne peut que se sentir habité par les mondes qu’il crée. C’est comme une emprise, en parallèle de la « vraie vie », comme un film intérieur qui se déroule à son propre rythme, avec des pauses, des moments plus intenses, des rebondissements. C’était parfois dérangeant pour moi de me sentir ainsi investie, et puis au fil du temps je me suis rendu compte que La Tour Sombre s’était mêlée à des temps et des événements de ma vie, et aujourd’hui encore cela me fait sourire et cause aussi une pointe de nostalgie.

 
jake chambers la tour sombre
eddie dean la tour sombre
susannah dean odetta la tour sombre
roland deschain la tour sombre
pere callahan la tour sombre

Lorsque Stephen King élabore ses personnages, qui ont une véritable épaisseur, il y met autant de conscience et de minutie que dans l’intrigue. Pour lui, ces personnages sont des hommes et des femmes réels. Et en un sens, ils sont réels, on n’a aucun mal à les imaginer menant leur propre existence, poursuivant leurs interactions indépendamment de la volonté de leur créateur… et du lecteur (c’est une qualité commune aux grands personnages de fiction, qu’ils ne nous apparaissent plus comme tels). Il m’est arrivé de me demander comment tel ou tel personnage réagirait à telle ou telle situation, un moyen de continuer à les faire exister aussi. Le personnage auquel je me suis attachée le plus rapidement est Jake, et son évolution au cours de la série est pour moi très touchante et profonde. Pour lui aussi, cette quête est initiatique, et encore plus intense sans doute car il quitte l’enfance de manière brutale. Le tour de force est que King réussit à préserver son innocence de manière crédible, tout en le faisant mûrir. Ensuite, et cet attachement s’est confirmé plus tard, j’ai ressenti une tendresse particulière pour le personnage d’Eddie Dean, qui lui aussi « grandit » énormément au cours de ses aventures avec Roland. J’aime son humour, sa fantaisie, sa douceur aussi. Lui qui était "Le Prisonnier" apprend à s’affranchir et à se lier, ce qui paraît paradoxal et qui lui donne une profondeur particulière. Et puis Susannah est à elle seule une œuvre d’art. Elle est la Dame d’Ombres et la Dame de lumière, elle est profondément humaine, puissante. Suannah naît d’une réconciliation entre deux extrêmes, qui triomphe des violences inimaginables qu’elle a subies. Cette renaissance est magnifique, et on peut y voir un message symbolique et métaphysique (un peu comme dans l’évolution d’Eddie, sur des modalités différentes). J’aime beaucoup ça, chez King : au-delà de la violence gratuite et du mal absolu, il y a une forme de rédemption possible, qui demande un courage surhumain. Ses personnages sont à la hauteur de ce défi. Ils gardent des séquelles et des pesanteurs (le fauteuil de Susannah en est un symbole puissant, qu’elle subit et surtout partage avec les autres membres du Ka-Têt, qui le portent eux aussi). Ce trio (et les liens qui se développent entre eux notamment dans Les Loups de La Calla) me touche énormément. D’ailleurs ils sont réunis à la toute fin, et je me rappelle avoir été extrêmement reconnaissante à Stephen King de leur avoir donné ça, après les avoir tellement torturés et avoir fait passer les lecteurs par tant de montagnes russes ! Je sais que les fans sont souvent viscéralement attachés à Roland (ça va parfois jusqu’à l’adoration !), et c’est un personnage incroyablement puissant. Randall Flagg aussi est fascinant, et extrêmement abouti. Mais personnellement, j’ai une tendresse particulière pour le reste du Ka-tet, Jake, Eddie et Susannah. Et puis je ne résiste pas à l’envie de rendre hommage aux personnages « secondaires », souvent récurrents d’autres romans (car La Tour Sombre est bien « la Jupiter du système solaire » de Stephen King, tout s’y entremêle et s’y retrouve, tout y prend sens). C’est fascinant de voir qu’ils conservent les traits particuliers que King leur a prêtés dans les autres romans, et qu’en même temps leur passage dans La Tour Sombre leur ajoute une profondeur supplémentaire. Le Père Callahan est une réussite, ainsi que les membres du Ka-tet de la Rose. Et puis il ne faut pas oublier Ote, quelle fantastique mascotte ! Enfin, j’aimerais dire mon immense admiration pour les créations linguistiques de Stephen King… Pour moi, le Haut-Parler est un personnage à part entière de la série. Bâtir un vrai langage qui s’enrichit au contact des autres langues, c’est presque l’œuvre d’un démiurge. Là encore, la cohérence et la minutie de son travail m’ont impressionnée.

Avez-vous été en contact avec Stephen King et/ou Robin Furth durant votre travail ? Si oui, comment se sont passés vos échanges ?

stephen king tour sombre
robin furth tour sombre

J’entre presque toujours en contact avec les auteurs que je traduis, et avec Stephen King c’était indispensable, surtout pour La Tour Sombre, qu'il considère comme le pivot de toute son oeuvre. Je lui ai donc souvent posé des questions directes, auxquelles il toujours répondu bien volontiers, directement ou par son agent. Robin Furth également s’est montrée très disponible lorsque je traduisais les Concordances. Elle répondait toujours de manière précise et efficace. Pour l'anecdote et pour résumer le déroulement des échanges avec Stephen King, le premier et le tout dernier contact avec lui sont éloquents. Je lui ai écrit en commençant la retraduction du Pistolero, pour le premier d'une longue série de « cas de conscience » linguistiques. Celui-là concernait la toute première phrase de la série (et donc, en un sens, la plus importante). Dans la version initiale du Pistolero, cette phrase d'ouverture était : « L'homme en noir fuyait à travers le désert, et le Pistolero le poursuivait ». Sachant que le verbe employé par Stephen King (et confirmé dans la seconde version du Pistolero) était « followed » (qui signifie « suivre », contrairement à « chased » qui lui aurait été plus proche de « poursuivre »), j'ai décidé de changer cette phrase en « L'homme en noir fuyait à travers le désert, et le Pistolero le suivait » (ce qui me paraissait rendre mieux compte du jeu de cache-cache entre ces deux personnages, durant tout le roman). Mais voulant éviter de brusquer les fans de longue date, j'ai adressé un mail à Stephen King pour lui faire part de mon dilemme. Sa réponse fut laconique mais explicite : "If I intended to mean "chased", I would have written "chased". Not "followed". And certainly not twice." En substance : « si j'avais voulu dire poursuivait, j'aurais dit poursuivait, et pas suivait... Et certainement pas deux fois de suite ». Dans ce cas, le maître a tranché, et j'ai donc procédé en conscience à la modification. Le tout dernier contact date de la remise du dernier volume concernant La Tour Sombre, c'est-à-dire la Concordance 2, au bout de deux ans et demi passés pour ainsi dire « dans sa tête » ! J'ai eu un gros pincement au coeur, et ai écrit un mail à Stephen King pour le tenir au courant de la fin du travail et lui dire que quitter cette grande aventure après tous ces mois de proximité était difficile ; je le remerciais aussi de m'avoir donné l'occasion de m’embarquer dans ce voyage. Il m'a répondu en direct un message charmant... en Haut-Parler, émaillé de « grand merci sai » et de « j'en jurerais, par ma montre et mon billet ». Ce fut un grand moment pour moi, sachant que le traducteur est par définition un travailleur de l'ombre.

Que pensez-vous du projet d'adaptation de La Tour Sombre au cinéma et du mécontentement des fans concernant Idris Elba, un acteur noir, retenu pour incarner Roland ?

idris elba dark towerComme tous les fans j’imagine, j’attends avec impatience cette adaptation, avec aussi une petite crainte (le risque de déception est toujours grand, surtout sur une série aussi méticuleusement ficelée, avec tant de passerelles avec le reste de l’œuvre). Le choc entre l’imaginaire et la réalité sera forcément présent. Concernant le choix d’Idris Elba, je peux comprendre le mécontentement des fans. C’est un très bon acteur, mais ce n’est pas son jeu qui est mis en cause ici. Il ressemble bien peu au Clint Eastwood que King évoque lui-même pour nous présenter Roland, et c’est à son visage et à sa démarche qu’on a appris à associer le Pistolero sur 5000 pages ! En outre, dans l’œuvre, Susannah incarne explicitement l’identité afro-américaine, la défense des droits civiques, la lutte contre le racisme et la ségrégation… Il est à craindre qu’elle porte moins puissamment ce message si Roland lui-même est noir, et faire de lui un porte-étendard de cette cause changerait complètement la structure de La Tour Sombre. Roland accompagne Susannah dans son combat, il apprend beaucoup d’elle, or s’il est noir lui aussi ce compagnonnage devient bancal… Pour ma part, j’aurais plus volontiers vu Matthew McConaughey en Roland !! Mais j’attends tout de même le résultat avec grand intérêt.

Quels sont vos projets actuels, en quoi consistent-t-ils ? Comment suivre votre travail ?

Je continue à travailler régulièrement pour J’ai lu, sur la collection pour jeunes adultes de Baam !, avec la série des Numéro Quatre, de Pittacus Lore (6 volumes parus à ce jour), et aussi pour les éditions La Belle Colère, jeune maison proposant des textes d’une grande qualité, percutants et émouvants (notamment Dieu me déteste, de Hollis Seamon, superbe roman initiatique très bien accueilli par la critique et les lecteurs). Et puis je travaille surtout pour les éditions Anne Carrière, notamment sur les romans de Robert Goolrick, que je traduis depuis 2009 et qui est devenu un grand ami. Ses textes me bouleversent et c’est une très grande chance pour un traducteur de faire une rencontre aussi riche. Il est très aimé en France, a reçu de nombreux prix, et je ne peux que m’en réjouir (Grand Prix des lectrices Elle et Prix Virgin Megastore pour Arrive un Vagabond, Prix Fitzgerald pour La Chute des princes…). Et puis, je garde l’espoir de retrouver bientôt le temps et la liberté d’esprit pour écrire à nouveau pour moi… Le traducteur a beau être un travailleur de l’ombre, parfois il a aussi la tentation d’aller au feu sous son propre nom... 

En savoir plus sur les livres sus cités
numero quatre pittacus loredieu me deteste hollis seamonarrive un vagabond robert goolrickla chute des princes robert goolrickmarie de premonville

 

Source : L'actualité de Marie de Prémonville sur Facebook


Publié le 29/03/2016 à 19h28 par GreG | Postez un commentaire


Autres actualités sur le thème "dossier"

[Dossier] Le point sur The Dark Tower au cinéma : entre espoirs et doutes[Spoilers] L'analyse détaillée de la bande annonce officielle de La Tour Sombre[DOSSIER] Ce qu'on aimerait voir dans la série La Tour Sombre[Dossier] Tout savoir sur La Tour Sombre en bande-dessinée

Aidez nous à compléter la page "[Exclusif] Interview de Marie de Prémonville, traductrice de La Tour Sombre" en nous envoyant vos suggestions par e-mail ou en commentaire.

Poster un commentaire



SEXE :
HUMEUR :